Négociations « dialogue social »

Photo-ciel

Quelques nuages dans le ciel du dialogue social pointent sur le CHSCT !

Le jeudi 30 octobre 2014, le MEDEF a proposé une modernisation du dialogue social et des IRP à sa façon.

Suppression des délégués du personnel dans les entreprises de moins de 50 salariés et dans les entreprises de plus de 50 salariés, si la majorité des salariés l’estime utile, un « conseil d’entreprise », instance unique, mise en place tous les quatre ans et qui se substituerait aux DP, au CE, au CHSCT mais aussi, pour faire bonne mesure, aux syndicats pour signer des accords d’entreprise !

La chose est donc confirmée par les patrons eux-mêmes, le fait syndical n’est pas réellement accepté en France. Pour les patrons du MEDEF, les syndicats, les CE, le CHSCT, les délégués du personnel et tous les types de syndicalistes sont des contraintes, des gêneurs, qui freinent la libre entreprise.

Bien sûr, le MEDEF peut affirmer que le dialogue social est un facteur déterminant pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation des salariés. Cependant, le dialogue social, vu par les patrons du MEDEF, peut se faire directement avec les salariés. Les syndicats, les IRP et les syndicalistes, sont pour le MEDEF, des empêcheurs de produire un maximum. Ces gens là font souffrir nos chers patrons. La conception du dialogue social, en 2014 pour le patronat français, n’a pas beaucoup changé depuis leur belle époque (celle du 4 octobre 1941 et de leur charte du travail).

Pour ce qui concerne les salariés français, ils ont compris qu’il n’y a pas de démocratie dans l’entreprise. Le dialogue se limite souvent à « j’entend et j’obéis » Il y a des supérieurs et des subordonnés. Un ministre ça se tait ou ça démissionne, un salarié ça se tait ou c’est licencié. La principale caractéristique des salariés français en 2014, c’est qu’ils ont peur. Peur de perdre leur emploi, peur du pouvoir disciplinaire de leur hiérarchie, peur de parler et même peur de se taire. Dans l’entreprise (qu’ils aiment), ils disent, en général, ce qu’il est convenu de dire dans un cadre professionnel et dans la forme ad hoc..

La CFE-CGC voit clair quand elle commente « Le patronat broie l’histoire du dialogue social et sa raison d’être ».

Il y a tout à craindre de négociations de ce type !

 

 

 

 

 

One comment on “Négociations « dialogue social »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Les champs requis sont grisés

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>